vendredi 29 mars 2013

Jill scott et Common s'expriment sur les couples mixtes




Jill Scott et Common se livrent sur le sujet très controversé des couples mixtes

TOUCH : Dans ta chanson ‘Heat’ tu dis : ‘Les sénateurs sont des vendus, un peu comme un rasta avec une femme blanche’. Peux-tu m’expliquer tes propos ?
 

COMMON : Le Rastafari c’est une culture de noirs. Quand tu vois un rasta avec une blanche, c’est comme s’il allait à l’encontre de la nature même du rastafari. Les dreadlocks étaient le symbole du black love. Aux States, la plupart des rastas sont avec des blanches, c’est carrément un stéréotype. Attention, il n’y a rien de mal à ce qu’une personne aime quelqu’un d’une autre origine. Je dis juste qu’en temps qu’homme noir, à chaque fois qu’on se montre avec une femme, on se pose en exemple pour nos filles.
 
TOUCH : Donc tu n’es pas d’accord avec les couples mixtes ?
 
COMMON: Je ne suis pas d’accord. C’est comme un rejet identitaire. C’est un problème pour moi.
 
TOUCH : Es-tu déjà sorti avec une blanche ?
 
COMMON: Non, je ne suis jamais sorti avec une femme blanche
 
TOUCH : As-tu déjà couché avec une femme blanche ?
 
COMMON: Oui
 
TOUCH : Donc c’est ok de coucher avec, mais pas de sortir avec ?
 
COMMON: Je ne vais pas mentir, ça m’est déjà arrivé dans le passé. Après chacun son choix. Je ne dis pas que ce ne sont pas des humains, on est tous des enfants de Dieu. Mais personnellement, je pense que notre race a été trop rabaissée. Parfois, pour revenir à un niveau de respect et d’amour, il faut revenir à toi-même un moment et construire une communauté forte avec les tiens, afin que les autres réapprennent à te respecter et à honorer tes traditions.
 
TOUCH : Que penses-tu d’un noir qui sort avec un métis (noir/blanc) ?
 
COMMON: Quand tu as un parent noir et un parent blanc, la plupart du temps on te considère comme noir. Les gens ne voient pas un métis en Tiger Woods, ils disent juste que c’est un golfeur noir même s’il est mélangé. Après, je ne suis pas là pour juger les relations des gens. Je sais que tu n’es pas d’accord avec moi, quel est ton point de vue en tant que femme blanche ?

TOUCH : J’adore ton album ‘Like Water For Chocolate’ mais les paroles de la chanson ‘Heat’ m’ont soûlé. Je vis dans un environnement multiculturel (cf la journaliste est londonienne). Peut-être que si je vivais aux States ce serait différent…
 
COMMON: Oui carrément, je pense que ça a un rapport avec là d’où on vient. Je viens de Chicago, qui est une ville très communautaire. J’ai grandi dans un quartier où la culture noire est très valorisée.
 
Pour conclure…
 
COMMON : Mon point est le suivant : les femmes noires ont trop été rabaissées, que ce soit par l’oppression de la société blanche ou par nous-mêmes hommes noirs. Quand les noirs ne sortent qu’avec des blanches, c’est comme une gifle à la femme noire.

 












Jill Scott s’est exprimée au sujet des couples mixtes, livrant à cœur ouvert ce qu’elle ressent.

« Vous savez le moment où vous réalisez que ce frère noir, beau et accompli, est avec une femme blanche ? appelons ça le choc ! Mon nouvel ami est beau, afro-américain, intelligent et en bonne santé. C’est un athlète, il aime sa mère, et est heureux en mariage avec une femme blanche. J’avoue que quand j’ai vu son alliance, j’ai secrètement espéré. Mais quelque chose en moi savait qu’il n’était pas marié à une sista. Même si je le pressentais, quand mon ami m’a dit qu’il était marié à une caucasienne, j’ai eu comme un pincement au cœur. Je n’ai pas compris pourquoi au début. Mon visage disait je suis contente pour toi, mais quelque chose en moi n’allait pas : étais-je jalouse ? Est-ce que son couple a en quelque sorte fait baisser l’estime que j’avais de lui ? La réponse n’est pas simple. Les gens diront sûrement que mon ‘pincement au cœur’ est dû à du racisme, mais pas du tout. J’ai grandi dans un foyer de Témoins de Jehovah. On m’a appris que chaque homme doit être jugé selon ses bonnes actions et non selon sa couleur de peau, et je tiens à ces valeurs que m’a inculqué ma grand-mère. Les africains du monde entier sont connus pour être ouverts et accueillants. On partage notre culture, parfois même à notre propre désavantage, mais nous aimons l’amour.

Mon point est que pour beaucoup de femmes de couleur, ce ‘pincement au cœur’ est dû à l’histoire des africains en Amérique. Quand notre peuple est tombé en esclavage, l’Amérique a mis sa femme blanche sur un piédestal. Elle était gâtée, vénérée et angélique alors que la femme noire esclave était surmenée, battue, violée et traitée comme du bétail. Elle n’était rien et l’homme noir non plus. Quand l’esclavage a été aboli et que les mouvements pour les droits civiques ont eu lieu, la femme banche était sur les covers de tous les magazines. Elle était le bijou radieux dans tous les films, la gloire de toutes les pubs et émissions tv. Elle était sans équivoque le standard de beauté dans ce pays, inaccessible pour toutes les femmes des autres origines. Nous les sistas étions vues comme moches, avec nos cheveux crépus, uniquement bonnes pour les travaux manuels et les enfants illégitimes, tandis que nos hommes étaient vus comme fauchés, des animaux assoiffés de sexe avec un pois chiche à la place du cerveau. A l’époque, si un homme noir posait ne fusse que les yeux sur une femme blanche, il était lynché, battu, mis en prison et même tué.

Au milieu de tout ça, les femmes noires et les hommes noirs ont souffert ensemble, ont pleuré ensemble, étaient affamés ensemble, sont même morts sur les bords des routes du Sud ensemble.

Ces vérités dures sont ce que nous ressentons quand nous voyons un frère avec une femme blanche. On se sent trahi. Alors que nous nous battons pour élever nos garçons et nos filles, la plupart d’entre nous le faisons seules, sans pères, avec des moyens financiers limitées. C’est frustrant et ça fait mal.

Nous comprenons toute à fait que les gens de toutes races peuvent s’aimer, le monde offre un nombre incalculable d’options. Mais à l’intérieur, il y a une blessure, peut importe le pansement, elle ne cessera pas. Ces propos peuvent peut être choquer certains, ce n’était pas mon but. Je ne fais que partager ce que je ressens» 

Qu'en pensez vous? Votre avis nous intéressent !

 

22 commentaires:

  1. Mon avis est mitigé sur le sujet.
    Je ne suis ni contre ni pour les couples mixtes, je suis pour les couples heureux et sincèrement amoureux qu'ils soient de culture similaire ou diamétralement opposés.

    Toutefois, nous voyons de plus en plus de couples mixtes émergés. Ceux sont majoritairement des hommes noirs en couple avec des femmes blanches, et je m'interroge.
    Est-ce un phénomène de mode?
    Est-ce un rejet de soi-même?
    Est-ce un besoin de reconnaissance ou un sentiment d'être accompli quand on est au bras d'une caucasienne...?
    Je n'ai pas de réponse à ces questions.

    Mais en tant que femme noire, je constate que bon nombre de mes soeurs sont célibataires avec ou sans enfant et se retrouvent face au dilemme suivant: dois-je étouffer mon envie d'être avec un homme noir puisqu'aux yeux de mes frères je suis devenue invisible et indésirable?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi les femmes noires veulent-elles absolument être avec un homme noir ? Si elles acceptaient de s'ouvrir davantage, il n'y aurait pas parmi elles autant de célibataires.

      Supprimer
  2. Les afro Américains et nous Africains n'avons pas vécu la même chose, nous n'avons pas totalement la même histoire.
    Pour ma part, je n'ai rien contre le métissage, je trouve juste très désolant que certains de nos frères critiques, limite insulte et ont un dégoût pour la femme noire! J'ai déjà entendu des phrases du genre "Les filles noires, vous êtres trop matérialistes, vous avez trop de chichi, vous avez de faux cheveux... blablabla, et j'en passe! Quand on pense à ceux qu'on vécu nos ancêtres je me dis, que tous ses gars devraient avoir honte de nous salir comme ça!

    Mais en même temps, il n'y a pas que ça, il y a des gens qui s'aiment malgré une couleur différente, une culture différente...et cela c'est juste beau!!!

    RépondreSupprimer
  3. Le métissage à toujours existé depuis que l'homme est sur terre, et que les différences, culturelles, ethniques, et épidermiques se sont rencontrées. Maintenant le phénomène du métissage généralisé, dont l'explosion des couples mixtes que nous voyons tous les jours dans les rues, est simplement une continuité du Nouvel Ordre Mondial qui consiste à uniformiser, les cultures, les pensées et memes les humains entre eux pour qu'ils n 'est plus de repères sur quoi s'appuyer (origine, culture, manière de penser propre de là ou on vient etc...) ce système qui à surtout très bien marcher pour nous les noirs aujourd'hui, qui sont les aptes à accepter le métissage due au complexe physique, intellectuel, qui croyant qu' en se métissant sera plus ou moins accepter par d'autres humains eux mêmmes complexés et soumis, névrosés, dans une société perfide basée sur l 'illusion.S'il faut se métisser pour pouvoir accepter nos différences, c'est un échec total de l'humanité qui l'est déjà, je suis pour la diversité des cultures, pour le communautarisme parce que chaque communauté doit élever son passé réel et sa culture tout en respectant les autres et même s'y intéressé, le métissage méli mélo est un phénomène imposé par les dirigents à travers les publicités, les films, les clips, qui à aussi pour but un abaissement de l'intelligence, infantilisé le peuple, pour qui ne se rends pas compte que la diversité des peuples peut être une richesse lorsqu'on l'accepte. Homme noir femme noire revenons à la maison, retournons à la source, libérons nous de l'esclavage mental, spirituel, et intellectuel et lorsque nous serons libéré on acceptera notre beauté physique, qui est aussi toujours enchainée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Vous dites que vous êtes pour le communautarisme, mais ne voyez-vous pas que le communautarisme conduit au repli identitaire,à la xénophobie et au racisme ? Les cultures s'enrichissent en communiquant les unes avec les autres, celles qui se sont repliées sur elles-mêmes ont toujours fini par s'appauvrir. Croyez-vous que Leopold Sendar Senghor ou Nelson Mandela étaient favorables au repli sur soi ? Au contraire, ils aimaient la littérature européenne et prônaient un monde ouvert.

      Supprimer
    3. Pardonnez-moi Sylvain, mais il faut arrêter de nous sortir toujours les mêmes symboles noirs du genre Nelson Mandela, Martin Luther King ou Rosa Parks. Ce sont des personnes admirables mais ce ne sont pas nos dieux à nous noir. Ce sont des personnes qu'on nous a permis d'idolâtrer car elles souhaitaient, soi-disant, se rallier aux blancs mais tout le monde ne les vénérait pas. Malcom X ne suivait pas le combat de MLK par exemple et c'est une figure emblématique noir aussi. Certains d'entre nous admirons Thomas Sankara ou Kemi Seba. Tous sont humains et agissent aussi dans notre intérêt donc arrêter de faire comme si les américains noirs emblématiques étaient nos pères.

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Whoa ... Les gars vous me désolez là ... Moi je suis blanche et je sors avec un noir, un africain et laissez-moi juste vous dire que l'amour n'a rien a voir avec la peau ou n'importe quel autre partie du corps, l'amour c'est une question d'âme ! Et n'êtes-vous pas d'accord sur le fait que les âmes n'ont pas de couleurs ? Ni de différence ethniques ou communautaires ? Certes il y a de plus en plus de couples mixtes aujourd'hui, mais au lieu de théoriser des complots politiques ou médiatiques ne pensez-vous pas que c'est simplement dût au fait qu'avec la mondialisation (qui comporte je vous l'accorde énormément de limites) les cultures sont tout simplement amener à se rencontrer, à se mélanger et pourquoi pas un jour s'uniformiser même ? Certes le passé de certaines communauté est lourd, mais le passé reste le passé et j'espère que le futur nous mènera vers un monde ou chacun est avant tout un être humain, avant d'être membre d'une communauté. Pour ma part, en sortant avec un noir je ne défend aucune cause humanitaire, en sortant avec un noir je ne cherche pas à promouvoir le mélange culturel ou à lutter contre le racisme... Je ne me suis jamais dis qu'en étant avec cet homme j'allais changer le monde, mais je sais qu'il a changé le mien, et on s'aime c'est tout. Alors pitié, cessez vos théories abjectes sur le manque des considération des femmes noires, l'homme que j'aime respecte et admire profondément ses sœurs. Il n'était d'ailleurs jamais sorti avec une blanche avant moi, mais voilà la vie a voulu que celle qui l'aimerait du plus profond de son cœur soit d'une couleur de peau différente, y'a-t-il vraiment un mal à cela dites-moi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce que tu es une femme blanche avec un homme noir tu ne vois pas la problèmatique posée par les couples mixtes, par ailleurs cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas. Je suis moi une femme issue d'un couple mixte. Je me définis pas par ma couleur de peau ni même totalement par mes orignes qui se confondent bien souvent, mais je suis définis par cela malgré moi bien souvent selon le regard de l'autre. Si l'on me pose la question et que l'interrogateur est disposé à recevoir une réponse complète honnête même si éloignée de ses attentes, je me définis alors clairement par mon histoire factuelle passée et présente c'est à dire : une femme dont un parent est afrodescendant(père) et l'autre caucasien (mère). Le vécu m'a amené à vivre ballotée principalement dans un monde caucasien élevée par ma mère, par ailleurs l'influence culturelle de mon père a été bien plus forte. L'histoire a marquée mon sang dans son aspect le plus authentique : c'est à dire avec la conscience des atrocités vécues et subies par les afro-descendants source d'actuels traumatismes résiduels, consciente également de la responsabilité des ancêtres caucasiens et de la continuité de celle-ci de par les privilèges acquis et préservés.
      La problématique relève de ce que je viens de dire plus haut : les traumatismes résiduels actuels issus des atrocités passées subies par les africains et afro-descendants et les privilèges acquis et à ce jour préservés pour la majorité des caucasiens : même si tous les caucasiens n'ont pas accès à tous les privilèges dus au contexte capitaliste actuel, l'existence d'un pouvoir caucasien est factuel : valeurs caucasienne valorisées et standardisée (considérées comme la norme à la défaveur de toute autre ethnie humaine).
      En tant que dite "métisse", claire de peau et traits "fins", je reste à l'abris de beaucoup de stigmates. Par ailleurs ma sensibilité aux faits cités et observés ne me permet pas de valider la mouvance de certains afro-descendants vers des relations "mixtes" tant que la situation est telle. Ainsi il suffit de comparer cela à l'expression d'une dépression, le repli sur soi est nécessaire pour permettre une introspection et une compréhension des troubles avant toute guérison. Il est indispensable que ce repli soit accepté.
      Attention à l'utilisation de la notion de "racisme" qui est un mot né de l'utilisation d'un pouvoir sur l'autre sous le prétexte d'une racialisation de l'humain avec un réel dénigrement et des actions d'humiliation. l'afro-descendant sans réelle capacité de renverser le pouvoir en place des caucasiens ne peut être ainsi considéré comme raciste lorsque ce dit "racisme" n'est qu'une réaction, une émotion, un sentiment exacerbé né de frustrations et d'injustices répétées au quotidien dans sa sphère intime personnelle et familiale...et "communautaire".
      La crainte du communautarisme née de la crainte de la perte du pouvoir. Analyser les histoires dites chevaleresques des explorateurs contant leurs "explorations du monde" en relatant abusivement des faits de conquêtes guerrières sans considération des dites "peuplades primitives". des dénigrements sans fin qui ne sont pas rectifiés dans les cours d'histoire...

      Supprimer
    2. Commentaire parfait ;) (à la métisse) !

      Supprimer
  6. Les propos de Jill Scott et de Common sont ceux d'individus profondément aigris,haineux et racistes. Etre opposé aux couples mixtes, c'est l'essence même du racisme et rien ne peut excuser une telle étroitesse d'esprit. Jill Scott et Common ne valent pas mieux que Jean-Marie Le Pen ou Donald Trump : c'est le même repli identitaire et la même négation de l'universalisme. Qu'est-ce que c'est supposé vouloir dire, par exemple, la culture noire ? Depuis quand la culture a-t-elle une couleur de peau ? Est-ce qu'un Noir ne peut pas aimer Victor Hugo ou Edgar Allan Poe parce qu'ils sont blancs ? Les propos nauséabonds de J. Scott et Common prouvent en tout cas que le racisme, la haine et l'ignorance ont encore de beaux jours devant eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez des problèmes de lecture ! Ils ne sont PAS opposés aux couples mixtes et allez plutôt raconter votre stupéfactions à vos confrères blancs qui refusent de se mettre avec des étrangers...plus de la moitié des blancs.

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. S'il pouvait lire les propos racistes de Jill Scott et de tous ceux qui l'approuvent, Martin Luther King se retournerait dans sa tombe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  9. Chaque grand homme du mouvement de lutte noir (dont M.L.King, L.Senghor, N.Mandela, A.Cesaire, F.Eboué...) et chaque homme noir en général vivait (et vit encore) avec des résidus de traumatismes et passés et contemporains ( comme cité plus tôt dans un autre commentaire) (en particulier au vue du contexte socio-politique de l'époque)..il faut être au plus juste des réalités de chaque époque. chaque époque son combat, à chaque époque ses luttes et ses lutteurs..
    Quant à la comparaison à des auteurs, il faut savoir prendre garde aux auteurs racistes qui validaient la théorie de l'infériorité des races. "L'émotion est nègre et la raison hellène" (L.Senghor) "Quelle terre que cette Afrique ! L’Asie a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire qui date du commencement dans la mémoire humaine : L’Afrique n’a pas d’histoire" (V.Hugo)... A vos clavier, à vos recherches pour de plus grandes méditations, ne pas hésiter à se remettre en question..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce qui ressort de vos propos est un repli communautaire extrêmement rétrograde. Que vous le vouliez ou non, le mot racisme s'applique bel et bien à tous ceux qui prônent une forme de séparation raciale. D'autant que les noirs ne sont pas les seuls à avoir vécu des horreurs : les Juifs, les Arméniens et même les Français ont eu leur lot, et pas qu'un peu ! Quant à la traite des noirs, elle ne fut pas pratiquée que par les européens : les arabes la pratiquaient déjà plusieurs siècles avant que les blancs ne s'y mettent à leur tour. Donc aucune justification à ce discours de repli communautaire que vous prônez. Repli communautaire = racisme.

      Supprimer
    2. Je crois que c'est plutôt vous qui devriez vous remettre sérieusement en question. De quel droit vous considérez-vous comme une Victime? Victime de quoi et de qui ? Victime de vos propres préjugés !

      Supprimer
    3. antiextrêmes : Et pourquoi vous allez pas dire tout ça à vos semblables qui EUX sont majoritairement communautaristes ? Du racisme institutionnel au quotidien et refus de se mettre en couple avec un étranger ? "AH non pas de noirs à la maison" même chez le plus "ouvert" des français ? La différence avec les traites des blancs c'est qu'ils ne subissent pas de discriminations raciales à l'heure actuelle, c'est très minime. Les noirs c'est tous les jours et PARTOUT DANS LE MONDE. Pour qu'une communauté soi forte elle doit se construire ensemble et ça vous les blancs vous le pratiquer hypocritement, les juifs, les arabes, les chinois le font également donc nous échapperons pas à la règle.

      Supprimer
  10. Common et Jill Scott sont mes nouvelles idoles maintenant ! lol. Sinon je crois que certains ont des soucis de lecture ou plutôt ça choque quand les noirs décident de ne plus caresser les blancs dans le sens du poil. Ils ne sont PAS contre les couples mixtes. Ils ont très bien expliqué mais les gens aigris retiennent ce qu'ils veulent.
    Aussi un point très important car ça devient fatiguant : il faut arrêter de nous sortir toujours les mêmes symboles noirs du genre Nelson Mandela, Martin Luther King ou Rosa Parks. Ce sont des personnes admirables mais ce ne sont pas nos dieux à nous noir. Ce sont des personnes qu'on nous a permis d'idolâtrer car elles souhaitaient, soi-disant, se rallier aux blancs mais tout le monde ne les vénérait pas. Malcom X ne suivait pas le combat de MLK par exemple et c'est une figure emblématique noir aussi. Et AUCUN d'eux n'était avec un blanc. Certains d'entre nous admirons Thomas Sankara ou Kemi Seba. Tous sont humains et agissent aussi dans notre intérêt donc arrêter de faire comme si les américains noirs emblématiques étaient nos pères.
    Par ailleurs, Pour qu'une communauté soi forte elle doit se construire ensemble et ça vous les blancs vous le pratiquez hypocritement (avec les discriminations institutionnelles), les juifs, les arabes, les chinois le font également donc nous échapperons pas à la règle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des blancs victimes de racisme, il y en a plein, alors arrêtez de nous pomper l'air avec vos pleurnicheries autovictimaires. Quand on est obsédé comme vous l'êtes par sa couleur de peau, c'est qu'on a un gros problème d'ordre psychologique : allez consulter un psy et cessez d'accuser les autres de vos problèmes personnels. Quant à Jill Scott c'est une artiste assez médiocre et ses propos racistes sont probablement la seule chose d'elle dont on se souviendra.

      Supprimer